La numérisation a offert d’énormes avantages aux entreprises du secteur de l’énergie.  

Les objets connectés (IoT : Internet of Things), les capteurs avancés, l’analyse de données et l’intelligence artificielle ont tous fait partie de la transition vers des systèmes modernes et intelligents au sein du secteur énergétique. Ces technologies offrent de meilleures capacités en matière de gestion des ressources et des services plus efficaces et innovants pour les clients.  

Mais cette numérisation a été une arme à double tranchant pour ce secteur. En effet, si cette dernière offre de nouvelles opportunités aux fournisseurs d’énergie, elle expose également les réseaux à un risque en matière de cybercriminalité plus important. Et aujourd’hui, des inquiétudes apparaissent concernant la sécurité de l’approvisionnement en énergie et celle des données client. 

Prenez, par exemple, l’attaque de ransomware de mai 2021 contre Colonial Pipeline aux États-Unis. La plus grande cyberattaque publiquement divulguée aux États-Unis contre des infrastructures critiques, montrant ainsi clairement comment une attaque pouvait être source de perturbations majeures : en effet, les approvisionnements critiques en pétrole avaient été coupés afin d’empêcher la propagation de l’infection.  

Cet événement ainsi que d’autres cybermenaces ciblant le secteur de l’énergie, ont entraîné la nécessité impérieuse de mettre en œuvre des pratiques plus strictes en matière de cybersécurité. 86 % des citoyens de l’UE estiment que les pays membres devraient coopérer davantage au niveau de la cybersécurité afin de garantir la sécurité de l’approvisionnement en énergie.   

Dans cet article, nous allons examiner les principales tendances observées au niveau du paysage de la cybersécurité concernant le secteur de l’énergie et comment les entreprises peuvent progresser afin de renforcer davantage leur cybersécurité au cours des prochaines années. 

Tendances en matière de cybersécurité dans le secteur de l’énergie en 2022 

Il est nécessaire de mieux prendre en compte les cybermenaces dans le secteur de l’énergie 

Tout d’abord, le secteur énergétique semble prendre du retard en matière de pratiques proactives de cybersécurité.  

Selon une enquête réalisée par la société d’assurance et de gestion des risques DNV, seuls 44 % des professionnels de l’énergie de niveau C envisagent d’apporter des améliorations urgentes pour prévenir une attaque grave dans les prochaines années. Et 35 % ont déclaré qu’il faudrait une attaque sérieuse avant que leur entreprise n’investisse dans la cybersécurité. 

Les efforts de sécurité manquent de coordination au niveau de la supply chain 

Lorsque les entreprises du secteur de l’énergie réalisent vraiment le besoin de cybersécurité des infrastructures critiques, la plupart investissent dans la découverte des vulnérabilités (c’est-à-dire l’identification et la priorisation des problèmes de sécurité en temps réel).  

Cependant, ce que ces entreprises ne font pas, c’est d’étendre leur analyse au niveau de la supply chain dans sa globalité, des achats jusqu’aux entreprises partenaires. Cette situation offre ainsi aux attaquants des opportunités pour exploiter de telles faiblesses en matière de sécurité.  

Les entreprises doivent investir dans la formation des employés 

La formation en cybersécurité est importante pour plusieurs raisons. D’une part, elle garantit que les employés soient bien en mesure d’identifier les cybermenaces visant les systèmes de leur entreprise, et qu’ils puissent faire en sorte d’éviter les pratiques qui les rendent, eux et l’entreprise, vulnérables. 

Moins d’un tiers des personnes interrogées lors de l’enquête menée par DNV étaient convaincues qu’elles sauraient comment réagir face à une situation impliquant une potentielle cybermenace et seulement 57 % ont trouvé que la formation à la cybersécurité de leur entreprise était efficace.  

La nouvelle directive NIS2 se profile à l’horizon 

L’UE a répondu à ces lacunes en matière de cybersécurité concernant les infrastructures critiques du secteur énergétique en introduisant une nouvelle version de la directive NIS (Network and Information Security). La directive NIS2 devrait être approuvée d’ici la fin 2022 et tous les États membres de l’UE devront s’y conformer d’ici 2024.  

La directive NIS2 vise à protéger les infrastructures critiques de l’UE contre les cybermenaces et à garantir un niveau élevé de sécurité dans tous les États membres. Cette nouvelle directive introduit des exigences plus strictes dans trois principaux domaines :  

  1. Une cyber-résilience accrue grâce à des mesures mises en œuvre dans toutes les entités publiques et privées qui fournissent des services essentiels.
  2. Des obligations en matière de sécurité et de signalement des incidents ainsi que des capacités au niveau des autorités des États membres, assurant la supervision et la mise en œuvre au niveau national, afin de réduire les incohérences.
  3. Une amélioration au niveau du partage d’informations et de la confiance entre les autorités ainsi que des procédures communes pour une réponse aux incidents à grande échelle.  

Comment renforcer la cybersécurité des infrastructures critiques ainsi que celle du secteur énergétique ? 

Le secteur de l’énergie peut travailler dans plusieurs directions différentes pour renforcer ses défenses contre les cybermenaces au cours des prochaines années. Quelques exemples sont présentés ci-dessous :

  • Veiller à ce que tous les employés aient une bonne cyber-hygiène grâce à la sensibilisation et à la formation.
  • Avoir conscience des menaces de sécurité physiques et virtuelles.
  • Avoir une bonne connaissance des cybermenaces spécifiques à l’entreprise afin de garder une longueur d’avance sur de potentielles attaques.·       Augmenter la détection grâce aux outils de sécurité et à la collaboration gouvernementale.
  • Mettre en œuvre une gestion des risques robuste pour identifier et traiter les vulnérabilités.
  • Éliminer les lacunes en termes de communication, en particulier entre les diverses implantations géographiques et les business units.
  • S’engager dans une collaboration à l’échelle du secteur afin d’identifier les vulnérabilités et les technologies de pointe.
  • Collaborer avec les partenaires au niveau de la supply chain pour s’assurer que l’ensemble du cycle de vie soit bien sécurisé.

En identifiant les opportunités et les lacunes, en mettant en œuvre une threat-intelligence solide, en effectuant des examens détaillés et réguliers et en veillant à ce que les employés suivent les meilleures pratiques, les entreprises du secteur de l’énergie peuvent développer des programmes de cyber threat-intelligence efficaces qui leur permettront de tirer parti de la numérisation, et ce en toute sécurité.  

Les solutions de cybersécurité de Logpoint suivent les événements au niveau de l’ensemble du paysage de sécurité des entreprises du secteur énergétique. Nous supprimons les silos et, grâce à cette approche holistique, accélérons les temps de réponse lorsque le contexte l’exige.  

Les leaders du secteur de l’énergie choisissent les solutions de sécurité de Logpoint pour accroître la visibilité sur les menaces potentielles au niveau de leur supply chain et améliorer également la sécurité interne de leur entreprise.

Découvrez les avis des professionnels du secteur de l’énergie concernant l’ensemble des solutions logicielles de Logpoint ou contactez-nous dès aujourd’hui.

Contact Logpoint

Contact us and learn why
industry-leading companies
choose Logpoint:

Contact Logpoint